Κυριακή, 9 Μαρτίου 2008

La nature de l'Occident et le monde

Georges Contogeorgis

La nature de l’Occident et le monde


L’Occident est plus que le système capitaliste, « la démocratie, l’initiative et la propriété privées, l’économie de marché, le pluralisme » (Alexandre Zinoviev, L’Occidentisme. Essai sur le triomphe d’une idéologie, Paris, Plon, 1995) qui ont été érigés en idéologie après la révolution bolchevique. Il incarne largement le cosmosystème anthropocentrique (en somme, les sociétés érigées sur la liberté), tel qu’il a été constitué à l’époque moderne sur la grande échelle de l’État nation.
Le concept de l’Occident a pris à l’époque moderne deux significations: l’une, est celle qui oppose l’Europe de l’Ouest libérale à l’Europe de l’Est communiste. L’autre, réunit le monde issu du cosmos greco-romain contre le despotisme essentiellement afro-asiatique.
En effet, le concept de l’Occident désigne dans l’antiquité à la fois les cités grecques de l’Ouest méditerranéen et le cosmosystème hellénique vis-à-vis du despotisme afro-asiatique. Ce dernier concept repris depuis la Renaissance, par les Européens est à l’origine de l’opposition principale qui définit l’Occident contemporain.
Pourtant, l’idée de l’Occident, en tant que variante européenne, est créée à Byzance. Étant utilisée pour designer l’espace romain où se couche le soleil, le terme a pris par la suite une signification cosmosystemique. On opposera désormais l’anthropocentrique grec au despotisme féodal dans les terres issues de l’empire romain de l’Ouest européen.
La réorientation stratégique de la politique byzantine a fait réunifier culturellement le Continent –avec la christianisation des Slaves- mais elle a en même temps forgée la mise en place des divisions ultérieures. En effet, le retour de Byzance à l’Occident a été réalisé par l’implantation des fondements anthropocentriques grecs en Italie (les cités, les corporations, l’économie monétaire, le commerce etc) et, indirectement, au-delà des Alpes. Après la chute de Byzance, l’Occident renaissant ayant était raillé sur le sillage de l’anthropocentrisme hellène, se pose comme son héritier par excellence. A l’opposé, le monde slave qui bien qu’il ait été initié à la version hellénique du christianisme n’a pu suivre.
Cette nouvelle division de l’Europe issue de la zone vitale du cosmosystème hellénique, restera latente, devant d’une part, de la poussée ottomane et d’autre part des conflits qui ont surgit entre les pays de l’Europe occidentale (le protestantisme, le colonialisme etc).
L’expansion du cosmosystème anthropocentrique sur l’ensemble de la planète et l’effondrement du camp socialiste aura pour conséquence d’une part, que la division interne du monde européen ait reculée, et de l’autre la relativisation de l’opposition entre l’Occident anthropocentrique et le reste du monde issu du despotisme afro-asiatique.
Désormais, le concept de l’Occident désigne plus ou moins l’avant garde du cosmosystème anthropocentrique héritier du monde greco-romain –dans lequel est compris aussi le monde slave- vis-à-vis du reste de la planète qui suit de loin et quelque fois avec résistance l’évolution. Au sens strict du terme, le terme désigne le bloc des pays qui assurent l’hégémonie mondiale, dans les circonstances actuelles.

Δεν υπάρχουν σχόλια: